Sélectionner une page
Cet enterrement est venu s’imposer à moi. Moi qui n’aspirait qu’à profiter de ce dimanche lumineux et heureux. J’ai lutté. Tenté d’ignorer. Vainement. Trop de coïncidences. Il m’a sorti de ma sérénité. Il m’a plongé dans une torpeur désagréable. Je décide de descendre. J’ai été invité malgré moi. Je veux comprendre. La cérémonie du cimetière est maintenant terminée et les célébrants sont réunies au bas de la mairie où pour la circonstance une table a été aménagé, hôte de victuailles et de boissons. Étonnamment, les désirs de la défunte semblent respectés. Les gens y discutent à bâton rompu et quelques rires émanent des conversations. Ils sont habillés avec goût, on les sent venir de loin. Pour un peu, on pourrait les penser célébrer un mariage. Je contourne l’église et tombe nez à nez avec un couple qui m’arrête. Ils me demandent qui je suis et le lien qui m’unit à la défunte. Je leur avoue n’en avoir aucun et je les vois interloquer. Je m’étonne de leur réaction et ils m’expliquent un air de famille semble-t-il évident. Eux sont des amis proches, ils ont rencontrés Chloé à la Fac de Lyon où ils étudiaient ensemble l’histoire de l’art et la médiation culturelle. Ils me racontent les fêtes et les vacances communes, la joie de vivre, et l’incroyable nouvelle d’il y a quelques mois. La force et la grandeur également de Chloé dans cette épreuve. Il semble que la maladie l’a emporté avec une rapidité extrême. Ils retournent à cette petite fête et m’invitent à les rejoindre en m’expliquant qu’elle aurait été heureuse que ce moment soit festif. Je suis gêné mais les suis. L’assemblée est jeune. Ils ont l’âge de Chloé. Je m’étonne d’être le seul dont l’âge dépasse celui de la défunte. Ils sont bruyants, drôles, c’est réussi ! Je n’ai connu que peu d’enterrement, mais jamais je n’avais encore vécu d’épisode équivalent. Je discute avec les uns et les autres qui à peu près tous me rappelle cette ressemblance physique. Au point que je finis par demander si quelqu’un a des photos. Ils me mènent vers une table où un album de souvenirs a été constitué pour l’occasion. Et c’est vrai que la ressemblance est troublante. Elle pourrait être ma fille. Je finis par comprendre que la famille a participé à la cérémonie mais a souhaité se retirer pour laisser libre cours à cette petite fête. J’en sais assez pour aujourd’hui, je décide de rentrer. Je suis remué. Et décidément, les hasards et coïncidences sont nombreux.