Sélectionner une page

Il y avait près de deux mois qu’une nuit l’avait emmené loin. Tout dans son ancien environnement s’était régulé. Son appartement avait été repris par un autre. Sa place de travail par une autre. Son absence s’était gommée. Rapidement. Tout s’était remis d’aplomb. 

La maison convoitée dans le Diois était repérée. Il en avait trouvé le propriétaire. Ils s’étaient accordés sur un prix modeste. Il faut dire que la maison était rudimentaire. Une chambre et sa douche, une pièce de vie et une cuisine. Il n’y avait pas de chauffage mais une vaste cheminée. A 800m d’altitude, il y faisait froid l’hiver. Elle était plantée au milieu d’une vaste prairie plate, longée sur sa gauche par un petit ruisseau et sur sa droite d’une forêt. Les montagnes se hissaient tout autour. Les vols de rapaces au dessus des falaises étaient systématiques tous les soirs avant le coucher du soleil. Les animaux sauvages étaient ici chez eux et la prairie était fréquentée. Le village le plus proche était à cinq kilomètres. Le chemin était carrossable mais pas de route. On mettait presque trente minutes en voiture pour s’y rendre. Du coup, il ne l’utilisait presque plus. Les rares trajets se faisaient donc à pied.