Sélectionner une page

Le 22 septembre, c’est l’automne. C’est également une chanson de Brassens, “le 22 septembre, aujourd’hui, je m’en fous” clôturant ses amours déçus. Clore n’est pas mon fort. Par contre, c’est l’automne pour de bon. De nouveau à la Féclaz dans des petits chalets pas si mal, Rebelle et moi profiterons ces prochains jours de quelques éclaircies pour aller nous promener. Au milieu des vaches. Et au milieu des skies roues car l’équipe de France de ski nordique est là pour ses entrainements.

Et finalement ce temps un peu maussade tombe assez bien, car la préparation d’un cours jeudi pour Crea me monopolise pas mal de temps, et les demandes de rendez-vous pour trouver un nouvel emploi s’avèrent finalement assez payantes. Plusieurs projets intéressants se trament. Il n’est même pas impossible que… Mais attendons.

Les bonnes nouvelles se multiplient ces jours. Le gîte initial que j’avais visité en arrivant dans les Bauges et qui me plaisait est toujours en vente. Nous avons renouer contact. Ca demeure au dessus de ce que je peux investir compte tenu de la situation. Peut-être arriverons-nous à trouver une entente. J’ai beaucoup de choses à régler avant d’y parvenir et en premier lieu la vente de la résidence principale.

Le week-end dernier, une bouclette en montagne… dans les Bauges avec mes enfants et ma soeur nous a offert de bien jolis paysages que vous trouvez dans les photos de cet article.

Rebelle vit sa vie de sans domicile fixe. Cela ne semble pas lui peser. Nous passons la quasi totalité du temps ensemble. C’est une jeunesse dorée pour un chien ! Nous commençons à aller courir ensemble et pour le moment j’ai un meilleur niveau. Il faut que je profite des quelques jours ou mois qui me restent ! Elle fait toujours l’unanimité.

Si vous souhaitez recevoir les nouveaux articles, n’oubliez pas de vous abonner ci-après aux aventures de Bachibouzouk & Cie,