Sélectionner une page

Il y a un an tout pile, je licenciais 6 personnes de l’effectif de details, l’agence que j’ai co-fondé avec Kazu. C’était la première fois que nous en arrivions là. Les personnes auxquelles nous demandions de partir n’avaient pas mal fait leur travail. Nous n’avions rien à leur reprocher et pour la plupart ils avaient une grande ancienneté. Nous n’avions pas le choix, et je sais rétrospectivement, que si nous ne l’avions pas fait, c’est la structure qui se serait écroulée. 

Ca a été un tournant pour moi, car j’ai senti le poids des responsabilités que j’avais prises tout au long de ma vie, d’un point de vue professionnel autant que personnel. 

Mes choix personnels ne satisfaisaient pas les gens de mon entourage direct. Je souhaitais repartir plus allégé.

J’ai à ce moment là décidé de vendre la société, ma maison pour me désendetter et mettre l’argent nécessaire de côté pour la poursuite des études de mes enfants.

Tout cela m’a pris 9 mois. 9 mois pour me sentir libre à nouveau. 

 

Cette liberté retrouvée est assez embarrassante dans un premier temps. Ces moments sont rares. C’est un luxe immense d’en bénéficier ne serait-ce que quelques mois. Alors on a peur de ne pas en profiter suffisamment. C’est un peu ce qui m’a guidé toute la vie, profiter, éviter l’ordinaire, tout vivre en double. C’est assez épuisant pour ceux qui m’entourent. 

 Mais j’ai eu un peu de temps pour dresser un bilan :

  • La vie que je menais jusqu’alors me plaisait. Elle me plaisait beaucoup. J’étais très heureux de l’endroit où je vivais. La montagne est rythmée par des saisons marquées. Je me suis régalé de ces paysages. J’ai pu beaucoup skier et faire de la voile.  J’y suis venu par choix et ai adoré.
  • Mon métier me plaisait, j’avais plaisir à élaborer des stratégies, à rencontrer beaucoup de clients, à devoir comprendre rapidement le business model de leurs activités, à imaginer comment les aider, à travailler avec des collaborateurs souvent passionnés et passionnants. Mais j’avais fait le tour de mon poste en 16 ans d’activité.
  •  La solitude redoutée n’existe pas, du moins pas sous ces latitudes et à mon âge, je suis entouré d’une famille et de beaucoup d”amis sympathiques. J’adore faire des choses seul, et je préfère souvent les partager avec quelqu’un que j’aime.
  • Mes régals sont la nature, rien ne m’extasie plus qu’un beau paysage. J’aime la photo, l’écriture, la musique, le ski de fond, le kite surf. Mais aussi les fêtes et les bons repas partagés avec mes amis.

Je me suis lancé dans le vide ces dernières semaines, et je sais que je ne rejette pas grand chose de ma vie d’avant. Je m’apprête donc à postuler sur des postes à Genève ou Annecy, ou à remonter une petite structure me permettant de faire du consulting autour de la transition digitale des entreprises. 

Je sais que rien n’est immuable, et je continuerai de m’autoriser cette réflexion et de possibles revirements. C’est une victoire.

Alors j’ai tout changé, mais non, non, rien à changer.

 

 

Ce blog m’a permis de tenir une ligne directrice ces derniers mois, de me réapproprier des outils, de maintenir le fil avec des amis et des relations, de ne pas me faire oublier d’un réseau professionnel. Et j’ai également rencontré beaucoup de personnes qui s’interrogent à un moment sur la direction à prendre dans leur vie à un instant T, qui aimerait lâcher un boulot et qui généralement ne le font pas parce qu’ils pensent ne pas pouvoir le faire, ou que c’est effectivement trop compliqué. Souvent, on peut.

La plupart des photos de cette page ont été prises près de Besse en Auvergne. Vous constaterez que le petit chiot est devenu un gros bébé. Et il lui reste du chemin….

Si vous souhaitez recevoir les nouveaux articles, n’oubliez pas de vous abonner ci-après aux aventures de Bachibouzouk & Cie,