Sélectionner une page

Cinquième semaine passée dans le massif.

Ce n’est pas neutre. Je commence à me sentir un peu chez moi. Je croise des personnes que j’ai déjà rencontrées. Il n’est plus un village, je crois, où je ne sois en tout les cas passé.

Cette semaine, j’ai changé de lieu de résidence. Il est encore un peu tôt pour dire ce qu’il en est. Le village où j’étais auparavant, Doucy, était splendide. Assez isolé, au milieu de montagnes assez hautes pour le massif. Peu d’habitants. Le résumé est que le cadre était splendide, le lieu agréable et le gîte mezzo. Ici, c’est un peu le contraire. La ferme est magnifique. L’ambiance a l’air magique. Du monde dans le jardin. Musique, partage, discussions. Le village voisin est moins chouette. Le cadre moins spectaculaire. Malheureusement, si le premier jour est correct, le temps d’une bonne partie de la semaine est assez infect. Je maintiens mes sorties, mais rentre trempé jusqu’à l’os après chacune d’entre elle.

Côté Gîte, celui que je souhaiterais acheter, c’est compliqué. Décidémment ce premier gîte visité demeure celui que je préfère de loin. Mais il est trop cher. Et manifestement, le post covid a un grand effet. Il y a une énorme fréquentation sur le massif et les gîtes sont loués massivement. Et beaucoup d’acquéreurs potentiels se présentent également. Du coup, peu de chance que le prix soit baissé. J’ai proposé à l’hôtel de faire un service durant tout l’été. Je serai motivé et cela me permettrait de voir à quel point tout cela est un fantasme ou non. J’ai quand même l’impression que l’hôtel demande une très grande disponibilité, beaucoup d’énergie, pour relativement peu de retours. Le gîte complété d’une activité professionnelle me parait, pour le moment, être la meilleure solution.

Je me suis fait de vrais bons amis. Si je viens m’installer ici, je ne partirai pas de zéro. J’aurai déjà un petit réseau. Il y a beaucoup d’associations. D’entraide. 

Rebelle est copine avec beaucoup de monde elle aussi. Mes voisins de Doucy m’ont fait promettre de repasser les voir. Ce que je ferai bien évidemment. 

Après ce mois et demi passé en Bauges, je devrais pédaler pendant 15 jours le long du Rhône avec mon fils Léon. Nous préparons cela. Je vous raconterai. 

Je fais évoluer mon profil professionnel pour pouvoir le pratiquer à distance également. J’envisage de trouver un poste de directeur marketing, de directeur de la communication, ou un poste de Ceo. Mais, le story telling, la photo et la vidéo sont des domaines qui me plaisent beaucoup également. Et finalement, ce blog n’est rien d’autre que de raconter une belle histoire. Le slogan de Bachibouzouk & Cie sera donc, “Donnez moi du fade, je vous le rendrai non ordinaire”.

La semaine prochaine sera la dernière passée ici. Ensuite 15 jours de vélo qui se dérouleront loin d’ici. Alors peut-être faut-il s’attendre à des rebondissements la semaine prochaine, à suivre en semaine 6…